Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 août 2010 5 20 /08 /août /2010 10:05

 

Gửi Tiểu Sư Nữ

 

Mng em thi sĩ ca anh,

Dù ngoài sáu chục xuân xanh như thường,

Chúc cô trẻ đẹp nõn nường

Để cho chồng quý chồng thương mặn mà !

 

Nay anh chỉ biết ba hoa

Vài câu lục bát làm quà tặng em.

Anh hay vớ vẩn thơ điên,

Viết cùng trăng gió để quên tuổi mình.

 

20.8.2010

 

Traduction :

 

À la Petite Bonzesse

 

Félicitations à ma petite-sœur poétesse

Qui, à plus de soixante ans, jouit d’une éternelle jeunesse,

Que le Ciel garde ta charmante beauté

Pour que ton cher mari ne cesse de t’adorer.

 

Habituellement  je ne dis que des balivernes,

Mais ces rimes en « six-huit » te souhaitent un bon anniversaire,

Bien que j’aime écrire des poèmes peu sages

En compagnie de la lune et du vent pour oublier mon âge.

 

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Textes de Dông Phong
commenter cet article
18 août 2010 3 18 /08 /août /2010 07:08

Bảy bó

 

Họ bảo ta lên lão tuần nay,

Tuy hồn ta vẫn còn thơ ngây.

Thơ Tây, thơ ta, vần chưa cạn,

Rượu đế, cognac, chén đếch đầy.

Bảy bó, bút say quên giới hạn,

Trăm năm, tình dại cứ mơ mây.

Già trẻ đâu chỉ tại gân cốt,

Lớn nhỏ chỉ do cái lòng này.

 

               

Traduction :

 

Sept gerbes*

 

Te voilà vénérable vieillard cette semaine, me dit-on,

Pourtant mon âme demeure si innocente dans le fond.

En français, en viêt, mes rimes ne sont point finies,

De saké, de cognac, ma tasse ne reste pas remplie.

À sept gerbes, ma plume ivre oublie ses limites,

Pour cent ans, mes folles amours rêvent toujours de suites.

Vieillesse ou jeunesse ne dépendent pas des tendons et des os,

Mais seulement d’un cœur petit ou gros.

 

* Gerbe : argot viêtnamien signifiant 10 années.

 

 

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Textes de Dông Phong
commenter cet article
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 08:13

Poésie en liberté

  

 Item Thumbnail

 

 

Chers ami(e)s,

J’ai le plaisir de vous présenter cette nouvelle anthologie collective :

 

Poésie en liberté

255 pages

De l’association culturelle

« Les Dossiers d’Aquitaine »

7 impasse Bardos

33800 Bordeaux

http://www.ddabordeaux.com

 

Votre serviteur a eu l’honneur de voir la traduction française de son poème suivant figurer dans l’anthologie.

Dông Phong

  

Tình hoài

 

Yêu ai yêu cả trọn đời,

Dù nay tóc trắng lơi thơi trên đầu…

Sự trời bao cuộc bể dâu

Mà sao tình cũ còn sâu trong lòng !

 

Đêm nay gió bấc mưa đông,

Gió reo ai hát như trong mơ hồ…

Bây giờ ai ngụ nơi mô,

Để nhờ gió gửi lời thơ muộn màng ?

 

Ở xa ai có biết chăng

Luôn luôn ta vẫn giữ ngàn nhớ thương ?

Thôi đành cho bút vấn vương

Ba hoa viết lại một chương tình hoài.

 

 

Traduction par Dông Phong :

 

Amour avorté

 

Quand on vous a aimée, c’est pour la vie,

Même quand la chevelure clairsemée est bien blanchie…

Le Ciel a décidé tant de changements,

Mais ce cœur garde encor son vieil amour profondément.

 

En cette nuit d’hiver de noroît et d’averse,

Le vent ramène votre voix comme dans un rêve…

Où êtes-vous maintenant, dans quels pays,

Pour que le vent vous apporte ces vers tardifs ?

 

Au loin pouvez-vous deviner

Qu’on entretient toujours mille regrets ?

Tant pis, laissons la plume divaguer

Pour écrire un chapitre de cet amour avorté.

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Textes de Dông Phong
commenter cet article
14 août 2010 6 14 /08 /août /2010 09:02

 

 

Sécheresse

 

Quatre mois sans pluie...

Britta, ayez pitié

du gazon tout jaune

 

 

Note : Britta est la déesse celte des sources.

 

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Haïkus par vent d'est
commenter cet article
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 08:36

Sinh nhật

 

Hôm nay đã bảy mươi,

Vớ vẩn có nên người ?

- Thơ thẩn cùng trăng, gió,

Rượu, thuốc chỉ tại trời !

 

 

Traduction :

 

Anniversaire

 

Aujourd’hui à tes soixante-dix ans,

Frivole, quand seras-tu un homme réel ?

- Mes rêveries solitaires avec la lune, le vent,

L’alcool et le tabac, n’ont été voulues que par le ciel !

 

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Textes de Dông Phong
commenter cet article
10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 08:58

Hồ Dzếnh 10 (dernier article)

 

Veuillez voir l’introduction à Hồ Dzếnh 1 du 27 mai 2010

 

Buổi hẹn

 

             Hồ Dzếnh

 

Nắng vàng em mới lại,
Ôi ! ngóng trông sao buồn.
Tôi đi và đứng mãi,
Mắt tìm xa xôi luôn...

Tôi mơ chân trên đường,
Áo màu trong lá thắm,
Đường và cây mát lắm,
Riêng lòng tôi đau thương.

Tôi không hề yêu đương,
Sao sầu tôi vương vương,
Sao tình tôi bát ngát,
Sao hồn tôi thê lương ?

Nhẽ nào trên Hà nội,
Ngày vàng chia sáng tối,
Không thấy nắng bay reo,
Em quên gì đến nỗi ?

Đây, em tôi đây rồi !
Màu áo mơ da trời,
Mùa xuân bừng môi tươi,
Nắng dồn theo gót bước.

Đôi mắt long lanh cười,
- Ôi ! đời hôm nay vui,
Chim gió đừng mách nhé!
Ta xé thơ đi rồi ...

 

           (Quê ngoại)

 

Traduction par Đông Phong :

 

Un rendez-vous

 

Faudra-t-il que je soleil jaunisse pour que tu arrives,

Bon sang ! comme l’attente est triste.

Je vais et viens sans arrêt,

Vers le lointain mes yeux continuent de chercher…

 

Je traîne mes pieds sur la chaussée,

Dans les feuillages verts se fondent des robes colorées,

La rue et les arbres offrent tant de fraîcheur,

Mais seul mon cœur ressent des douleurs.

 

Je n’ai pourtant jamais aimé,

Pourquoi ma mélancolie a-t-elle persisté,

Pourquoi mon amour est-il si immense,

Pourquoi mon âme souffre-t-elle d’une désolation aussi intense ?

 

Peut-être qu’à Hanoi,

Où la journée ensoleillée sépare le matin du soir,

N’ayant point trouvé de soleil qui sache sonner,

Tu as ainsi tout oublié ?

 

La voilà, ma petite sœur est là !

Dans sa robe de couleur céleste,

Avec le printemps qui enflamme ses lèvres si fraîches,

Et le soleil qui la suit à chaque pas.

 

Et ces yeux si brillants et si rieurs,

- Ouah ! maintenant comme la vie est belle,

Hé, oiseaux et vents, ne jouez pas aux rapporteurs !

J’ai déjà déchiré mon poème…

 

(Extrait de Đông Phong, Des poètes de ma terre lointaine, Éd. Publibook, 2008).

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Auteurs vietnamiens
commenter cet article
8 août 2010 7 08 /08 /août /2010 08:40

 

Livre de l’été

 

Livre sur le sable

pour lectures éphémères

- bon papy-sitting !

 

Quiberon, 6.8.2010

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Haïkus par vent d'est
commenter cet article
6 août 2010 5 06 /08 /août /2010 08:54

 

Été à Quiberon

 

À six heures du matin

le cormoran pêche

du soleil levant

 

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Haïkus par vent d'est
commenter cet article
4 août 2010 3 04 /08 /août /2010 08:28

 

Fin de soldes

 

Quel gain ! dit ma femme,

moins soixante-dix pour cent !

- Plus trente pour moi !

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Haïkus par vent d'est
commenter cet article
2 août 2010 1 02 /08 /août /2010 08:34

Hồ Dzếnh 9

 

Veuillez voir l’introduction à Hồ Dzếnh 1 du 27 mai 2010

 

Lỡ đò

 

Hồ Dzếnh

 

Nhà em ở cách hai sông,
Muốn qua bên ấy, phải vòng phía non.
Lúa xanh sóng lúa reo cồn,
Cây xanh dẫn lối, lối mòn cỏ tươi.
Chân đi mắt ngoảnh trông trời,
Khấn thầm: ‘‘Thượng - đế phù tôi kịp đò,
Cho tôi mang tấm tình thơ,
Gởi người xa mấy lần đò ngắm trông
Sông xuân hẹn chở hết lòng,
Ðò xuân đem hết chờ mong tới bờ.’’
Em ơi, anh lỡ chuyến đò,
Chuyến đò thứ nhất, chuyến đò đời anh.
Sông xuân thao thiết màu xanh,
Sông xanh xanh quá, lòng anh lại tàn...

 

(Quê ngoại)

 

Traduction par Đông Phong :

 

J’ai raté le passage

 

Ta maison, petite sœur, m’est séparée par deux fleuves,

Pour y aller, il me faut passer par des routes montagneuses.

Les rizières verdoyantes chantent par vagues joyeusement,

Les arbres verts montrent le chemin mais la piste a perdu ses herbes fraîches à force de piétinements.

En marchant, je lève mes yeux vers le firmament,

Et prie tout bas : ‘‘Ô Empereur du ciel, faites que j’attrape le bac à temps,

Pour que j’apporte l’amour de mon jeune âge

À celle qui là-bas guette depuis plusieurs passages

Que le fleuve printanier charrie le cœur promis

Et que bac du printemps amène toutes les espérances sans ennui.’’

Ô petite sœur, j’ai raté le passage du bac espéré,

Le premier passage, le passage de ma vie.

Le fleuve offre toujours sa surface bleue si vive,

Le fleuve est bleu, trop bleu, mais mon cœur s’est fané…

 

 

(Extrait de Đông Phong, Des poètes de ma terre lointaine, Éd. Publibook, 2008).

 

Repost 0
Published by Dông Phong - dans Auteurs vietnamiens
commenter cet article

Présentation

  • : TERRE LOINTAINE
  • TERRE LOINTAINE
  • : Poèmes bilingues français-viêtnamiens
  • Contact

terrelointaine

terrelointaine

Recherche